Site Officiel du CDAC, Association des Anciens Elèves de Chérioux
Notre But : retrouver et réunir les anciens et les anciennes élèves

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Eclaireuses Eclaireurs de France Toujours pret
Dim 24 Sep - 21:54 par solange

» Bonjour à Tous
Sam 18 Fév - 7:26 par Louis RACINNE

» De retour parmi nous
Jeu 16 Fév - 19:57 par pasc

» recherche anciens bts de 1973-1975
Ven 20 Jan - 23:41 par Invité

» Petite recette pour une belle année
Lun 2 Jan - 23:25 par Louis RACINNE

» Hibernation, déjà...
Lun 3 Oct - 22:51 par solange

» accès au site
Sam 11 Juin - 20:07 par Gisèle

» grosse pensée après le sinistre
Lun 6 Juin - 7:18 par Gisèle

» Où êtes vous ?
Lun 6 Juin - 6:16 par Gisèle

Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Nous voilà prévenus...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
solange

avatar

Messages : 1397
Date d'inscription : 05/07/2009
Age : 60
Localisation : Saint Valery sur Somme

MessageSujet: Nous voilà prévenus...   Mer 21 Oct - 20:46

Les forums de discussion, ces lieux d’échange et de discussion sur un thème donné (Journal Officiel du 16 mars 1999), se multiplient sur Internet.

Les internautes disposent de cette tribune virtuelle pour échanger des idées, des informations voire des fichiers de manière interactive et rapide.

Ces forums ont pour mot d’ordre : liberté d’expression. La liberté d’expression est un principe constitutionnel défini à l’article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 10 août 1789. Il s’agit de « la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminée par la loi ».

Cependant de nombreux débordements ont pu être constaté sur Internet. En effet, outre des propos illicites contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, de plus en plus d’internautes en profitent pour régler leur compte via les forums de discussion : ils mettent en ligne des propos diffamatoires et injurieux à l’encontre d’une personne déterminée ou déterminable.

Il ne fait plus aucun doute depuis la loi sur la confiance dans l’économie numérique du 21 juin 2004, qu’en plus des publications dans la presse écrite et audiovisuelle, les publications sur Internet et notamment les messages diffusés sur un forum de discussion à accès restreint ou non sont soumises aux dispositions de la loi sur la presse du 29 juillet 1881.

Or, la loi sur la presse condamne expressément et sévèrement la diffamation et l’injure, qu’elles soient publiques ou non.

Un petit rappel s’impose : La diffamation, prévue à l’article 29 du 29 juillet 1881, est définie comme étant « toute allégation ou imputation d’un fait portant atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps constitué auquel le fait est imputé ».

L’injure, précisée à l’alinéa 2 du même article, s’entend de « toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne referme l’imputation d’aucun fait ».

L’intention de nuire de l’auteur de la diffamation ou injure est présumée. L’infraction de diffamation n’existe et n’est punissable que le si le fait diffamatoire a fait l’objet d’une publicité, c’est-à-dire a été porté à la connaissance du public par tous moyens. La publicité est caractérisée car le message diffamatoire ou injurieux est mis en ligne et accessible à plusieurs personnes via le forum.

Internet est un moyen de communication qui permet en un simple clic la modification ou la suppression des propos illicites. Etablir la preuve d’une diffamation ou injure dans un forum de discussion est donc parfois difficile. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que les infractions « de presse » se prescrivent par trois mois à compter de la diffusion du message diffamatoire ou injurieux (article 65 de la loi du 29 juillet 1881).



Que peut donc faire la personne victime d’une injure ou d’une diffamation dans un forum de discussion on-line ? Et plus précisément quels moyens de preuve dispose-t-elle pour confondre l’auteur de tels propos illicites ?

Il est tellement facile de faire disparaître les preuves sur Internet que la première chose à garder à l’esprit est d’agir et réagir vite.

En l’espèce, il s’agit de prouver un fait ; la preuve s’effectue donc par tous moyens.

Voici la marche à suivre lorsqu’une personne découvre des propos diffamatoires ou injurieux dans un forum de discussion on-line et désire constituer des preuves pour poursuivre l’auteur de l’infraction:


1. Enregistrer ou imprimer la page Web incriminée

Il s’agit de la preuve la plus facile à effectuer par la personne victime d’un message diffamatoire ou injurieux dans un forum de discussion. Il est nécessaire de garder une trace électronique de l’infraction avant que cette dernière ne soit effacée.

Mais quelle sera la force probante de cette preuve ? Le juge pourra-t-il s’y fier lors de la poursuite de l’auteur de l’infraction ?

Il faut savoir que les preuves électroniques depuis la loi du 13 mars 2000 et du décret d’application du 31 mars 2001 sont acceptées et ont la même force probante que les preuves écrites. L’article 1316-1 du Code civil dispose, en effet, que « l’écrit sous forme électronique est admis en en preuve au même titre que l’écrit sur support papier, sous réserve que puisse être dûment identifiée la personne dont il émane et qu’il soit établi et conservé dans des conditions de nature à en garantir l’intégrité ».

L’article 1316-3 du Code civil précise que « l’écrit sur support électronique a la même force probante que l’écrit sur support papier ».

Il en est de même pour la signature électronique prévue à l’article 1316-4 : la signature doit permettre l’identification de la personne, l’intégrité de l’acte, la fiabilité du système.

Le fait d’enregistrer la page Web sur laquelle se trouvent les propos diffamatoires ou injurieux pourra constituer un commencement de preuve mais n’aura pas une force probante indiscutable. Son intégrité pourra être mise en jeu.

En général, les personnes sur les forums utilisent un pseudonyme ; leur identification est donc difficile.

Par ailleurs, une page Web enregistrée sur support électronique ou imprimée peut avoir été préalablement modifiée.

2. Etablir un constat par un huissier ou par un agent assermenté de l’Agence de la Protection des Programmes

La deuxième démarche possible pour poursuivre l’auteur d’une injure ou d’une diffamation est de faire établir un constat par une tierce personne.

L’huissier est un professionnel du droit qui peut se rendre sur le forum de discussion et enregistrer la page Web.

Le constat d'huissier de justice va contenir à la fois des mentions authentiques (date et immatricule de l'huissier de justice) qui valent jusqu'à inscription de faux et des mentions où sont décrites les constatations matérielles qui valent à titre de simples renseignements (article 1 de l'ordonnance du 2 novembre 1945). Mais ces renseignements et l’enregistrement de la page Web sera une preuve établie par un professionnel du droit impartial, objectif.

Cette preuve est donc plus « objective » que la simple preuve effectuée par la victime.

Le constat par huissier, pour être reconnu comme preuve par le juge, doit respecter les règles de validité. La victime de la diffamation ou injure ne doit en aucun cas intervenir lors de l’établissement du constat qui est établi par l’huissier seul (TGI Paris, 4 mars 2003).

Le recours à l’Agence de la Protection des Programmes est vivement conseillé. En effet, ces agents assermentés sont habilités à constater les infractions dans les lieux publics mais surtout sur Internet.

Ils peuvent ainsi établir la preuve et la conserver. Cette dernière est reconnue par le juge.

Elle permet d’établir l’infraction et sa remise est plus difficile. La personne qui a établi le constat est un professionnel qui engage sa responsabilité s’il ne respecte pas la loi.

3. Contacter le responsable du forum ou le modérateur

La personne diffamée ou injuriée dispose d’un droit de réponse sur le forum. Elle a donc la possibilité de demander, dans les trois mois de la diffusion du message litigieux, au responsable du forum de mettre en ligne sa réponse. Ce droit de réponse va lui permettre de faire valoir ses droits mais n’établit qu’une preuve indirecte de l’infraction constatée.

La personne diffamée ou injuriée peut contacter le responsable du forum pour l’informer de la présence desdits propos. Dès lors que le responsable a connaissance effective, il a tout intérêt à agir promptement pour faire cesser cette diffusion afin de ne pas voir sa responsabilité civile et pénale engagée (article 6 de la loi sur la confiance dans l’économie numérique du 21 juin 2004).

Une fois informé, le responsable du forum a tout intérêt à ôter le message injurieux ou diffamatoire. Ce message n’est plus en ligne mais ce n’est pas pour autant qu’il n’existe plus. En effet, le responsable du forum a l’obligation de conserver les données relatives aux contributeurs du forum. Comme le souligne la loi sur la confiance dans l’économie numérique en son article 6, les prestataires techniques sont tenus de conserver des données permettant l’identification des personnes auteurs de propos illicite.

Par ailleurs, les forums acceptent rarement que des personnes anonymes accèdent à ce lieu d’échange. Le risque est trop grand car il faut garder à l’esprit que le responsable du forum, l’éditeur du site Web sera tenu pour responsable et pourront être déclarer coupable de complicité.

Le responsable du forum prévenu pourra ainsi garder les informations et le contenu des messages pour les transmettre par la suite à l’autorité judiciaire qui lui en fera la demande.

4. Porter plainte

Avec les preuves précitées, une action pénale est possible.

L’article 48-6° de la loi du 29 juillet 1881 précise que dans le cas de diffamation envers des particuliers…et dans le cas d’injure…, la poursuite n’aura lieu que sur la plainte de la personne diffamée ou injuriée ».

Une fois la plainte formulée, une enquête pourra être ouverte pour permettre notamment l’identification de l’auteur de la diffamation ou l’injure. La police ou la gendarmerie aura la possibilité de rechercher les preuves de l’infraction.

L’auteur pourra être identifié grâce à son nom d’utilisateur et login enregistré sur le forum ou grâce à son adresse IP. Les hébergeurs et les fournisseurs d’accès ne sont, en effet, pas tenus au secret professionnel, ils ont l’obligation de fournir les informations permettant l’identification de la personne qui a commis l’infraction. Des fournisseurs d’accès octroient des adresses IP fixes qui permettent une identification plus rapide que les adresses IP aléatoire grâce au DHCP. Dans tous les cas, il est désormais possible de connaître la personne qui s’est connectée à telle heure via telle adresse IP.

Par ailleurs, une action civile est également envisageable.

Une assignation en référé est une bonne solution pour faire cesser le trouble en urgence et obtenir des dommages et intérêts pour le préjudice subi.

De plus, une décision du 5 mai 2004 a précisé que le Tribunal de grande instance (et non le Tribunal d’instance) était compétent en matière d’action civile pour diffamation et injure sur Internet. Il a été déclaré qu’au regard de la loi du 1er août 2000, Internet constituait un moyen de publication. La notion « par voie de presse » visait également les pages disponibles sur le Réseau. Le Tribunal de grande instance est compétent pour juger des actions civiles engagées en matière de diffamation et d’injure sur Internet.

Avec la loi sur la confiance dans l’économie numérique, les services de l’Internet, qualifiés de communication au public en ligne, sont concernés par les dispositions relatives à la communication audiovisuelle.

Un message diffusé sur Internet et notamment dans un forum de discussion constitue bien une publication par voie de presse.

Que le forum de discussion soit à accès restreint ou non, les messages diffamatoires ou injurieux sont sanctionnés par la loi.

L’auteur de la diffamation ou de l’injure peut à ce titre être poursuivi et puni par la loi.

Vous voilà prévenus...
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.petitsbouffons.fr
Gisèle
Admin
avatar

Messages : 2659
Date d'inscription : 05/07/2009
Age : 61
Localisation : lisses 91

MessageSujet: Re: Nous voilà prévenus...   Mer 21 Oct - 20:59

merci pour l'information....

et c'est bien parce que c'est valable pour tous,

_________________
Gisèle
Présidente CDAC
Revenir en haut Aller en bas
http://amicale-cherioux.forumactif.org
yvonne39

avatar

Messages : 776
Date d'inscription : 05/07/2009
Age : 78
Localisation : MEULAN EN YVELINES - 78250

MessageSujet: Nous voilà prévenus ...   Mer 21 Oct - 21:26




Merci Solange pour cette longue page d'écriture fort intéressante

et bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
solange

avatar

Messages : 1397
Date d'inscription : 05/07/2009
Age : 60
Localisation : Saint Valery sur Somme

MessageSujet: Re: Nous voilà prévenus...   Jeu 22 Oct - 2:34

Oui, je sais, le texte est un peu long et encore je l'ai reçu encore plus long et j'ai rogné certains alinéas...
Je viens de recevoir l'autre sur le droit à l'image, c'est pareil je vais devoir rogner les alinéas avant de vous le proposer...

Mais ça instruit et
ça occupe... clin

bisou les filles
Revenir en haut Aller en bas
http://www.petitsbouffons.fr
solange

avatar

Messages : 1397
Date d'inscription : 05/07/2009
Age : 60
Localisation : Saint Valery sur Somme

MessageSujet: Re: Nous voilà prévenus...   Jeu 22 Oct - 3:06

Voilà donc la suite

Peut-on publier l’image d’un tiers sur un site Internet ?
Fondée sur l’article 9 du Code civil, la jurisprudence française confère aux individus un droit à la protection de leur image. Il s’agit d’un droit de la personnalité selon lequel toute personne peut s'opposer à la diffusion et à l'utilisation de son image, essentiellement lorsque celle-ci la représente dans la sphère de sa vie privée. La publication de l’image d’un tiers requiert donc son autorisation exprès. Le webmaster qui ne respecterait pas ce principe engage sa responsabilité civile. En outre, l’article 226-1 du Code pénal puni d’un an d’emprisonnement et de 300 000 francs d’amende le fait, au moyen d’un procédé quelconque, de porter volontairement atteinte à l’intimité de la vie privée d’autrui " en fixant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de celle-ci, l’image d’une personne se trouvant dans lieu privé".

Un droit à l'image très réglementé selon surtout :
le respect de la vie privée et le respect absolu sur son image pour toute personne
Remarque : ATTENTION : cela concerne également une photographie collective, dans la mesure où l'intéressé est identifiable.
Règles de bases :
Depuis la directive européenne du 24/10/1995, le droit à l’information préalable porte à la fois :
- sur l’usage de l’image (ou du son)
- et sur le type de traitement(s) qu’elle subit...
donc la personne concernée peut s’opposer à la diffusion et à l’utilisation de son image... L’article 9 du Code Civil donne aux individus le droit à la protection de leur image.
En ce qui concerne les mineurs, il est bien évident que la protection est encore plus affirmée : de ce fait, mettre par exemple sur un site web des images de mineurs pose de gros problèmes juridiques notamment en milieu enseignant. L’autorisation préalable des tuteurs ou parents est obligatoire.
Remarque : si ce site contient de nombreuses images, cela peut être considéré comme fichier comportant des données nominatives, et donc soumis à l'obligation de déclaration auprès de la CNIL.
Le respect à la vie privée est fortement protégé puisque l’article 226-1 du Code Pénal punit (de 1 an d’emprisonnement et de 300 000 Fr. d’amende) toute personne qui, sans consentement, fixe, enregistre, transmet... " l’image d’une personne se trouvant dans un lieu privé ".
Et l’article 226-8 condamne (jusqu’à 100 000 Fr.) tout montage utilisant voix ou image d’une personne sans son consentement d’autant qu’avec le numérique et les réalités virtuelles la lutte contre toute manipulation ou détournement est devenue primordiale puisque ces intentions sont techniquement facilitées et généralisées (le rapport du Sénat sur l’image rappelle même " qu’avec le virtuel, tout est manipulation
Revenir en haut Aller en bas
http://www.petitsbouffons.fr
Gisèle
Admin
avatar

Messages : 2659
Date d'inscription : 05/07/2009
Age : 61
Localisation : lisses 91

MessageSujet: Re: Nous voilà prévenus...   Jeu 22 Oct - 4:10

Voila une très bonne nouvelle.....

merci d'avoir fait des recherches, cela me conforte dans ce que je savais...

même si mon travail chez un avocat remonte à quelques années, la loi n'a pas changé, et surtout elle s'applique même dans le domaine d'internet....

_________________
Gisèle
Présidente CDAC
Revenir en haut Aller en bas
http://amicale-cherioux.forumactif.org
solange

avatar

Messages : 1397
Date d'inscription : 05/07/2009
Age : 60
Localisation : Saint Valery sur Somme

MessageSujet: Re: Nous voilà prévenus...   Jeu 22 Oct - 4:17

J'y étais également sensible, parce que je rencontre ces problèmes de droits à l'image régulièrement avec Lola.
Je l'ai retrouvée sur le net, dans sa tenue guerrière et en position de combat, justement sur un site qui proposait des images a imprimer sur des thee shirts, en plus à des prix prohibitifs.

Je ne te raconte pas la bagarre pour remonter au photographe, qui était lui même pillé, pour faire reconnaître ce droit à l'image.
C'est comme ça que mon avocate à fait une petite recherche sur les droits et protection de la personne via le net...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.petitsbouffons.fr
Vendome

avatar

Messages : 506
Date d'inscription : 06/07/2009
Age : 71
Localisation : Forêt de Retz

MessageSujet: Re: Nous voilà prévenus...   Ven 23 Oct - 11:39

Merci Solange
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nous voilà prévenus...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nous voilà prévenus...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nous voilà heureux parents
» quelles parties une femme voilée peut montrer a son amie?
» Mine de pdfs site "Nous les Dieux" (Krishnamurti, Steiner, Besant, Leadbeater, Powell, Kardec,...)
» La bible dévoilée : les révélations de l'archéologie
» je lis, tu lis, nous lisons... l'Argent!!

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Adolphe Chérioux - Amicale-des-anciens-de-l'Ecole Départementale :: DISCUSSIONS :: Quoi de neuf ?-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: